Point sur la Chicorée amère



Urospermum dalechampii, l’urosperme de Daléchamps ou la chicorée amère est une plante vivace appartenant à la famille des Astéracées. L’urosperme de Daléchamps est originaire du sud de l’Europe, indigène de la France sur la région méditerranéenne. C’est une plante des milieux ouverts, qui croît sur les prairies en friche, en bord de route, en rocaille, et qui accompagne volontiers les cultures de vignes en tant qu’adventice. La chicorée amère est aussi réputée pour la comestibilité de ses feuilles au gout particulier. Elle pourrait être davantage cultivée au jardin, notamment par les amateurs de crudités sauvages ou en permaculture, d’autant plus que sa fleur est charmante et appréciée de nombreux insectes.

Description de l’urosperme de Daléchamps

Urospermum dalechampii est une plante vivace produisant une ou plusieurs rosettes basales. Elle est haute de 20 à 50 cm, et s’étale au maximum sur 1 m de large en augmentant le nombre de rosettes, années après année. La rosette basale ressemble beaucoup à celle d’un pissenlit, ses feuilles sont allongées et divisées en lobes pointus disposés par paires, de plus en plus grands en s’éloignant du centre de la plante. Ce qui les différencie des pissenlits, ce sont les petits poils, un peu plus présents au niveau de la nervure.

La chicorée amère est cependant bien plus facile à reconnaître en bouton ou en fleur :

La tige florale est peu ou pas ramifiée, avec peu de feuilles embrassantes, entières ou dentées.

Le bourgeon floral est particulièrement typique, densément recouvert de poils gris et doux, d’environ 2 mm. Il est formé de 8 bractées soudées sur leur tiers, qui forment un bourgeon velu au bout rond facilement reconnaissable.

Ses fleurs sont regroupées en capitules denses, où chaque fleur comporte une ligule (pétale en ruban) jaune soufre au revers pourpré, légèrement mouchetée de noir à son extrémité. Ce capitule ébouriffé mesure 5 à 6 cm de large, et les ligules centrales serrées lui font un cœur noir. Dans le midi de la France, elles s’épanouissent de mai à juin.

Fécondées par les insectes, les fleurs produisent un grand nombre de graines à aigrette, dispersées par le vent.

Comment consommer la chicorée amère ?

Les feuilles d’Urospermum dalechampii ont un gout très prononcé et typique d’amande amère. Crues et sans vinaigrette, ce gout est particulièrement fort et déroutant, mais elles révèlent toute leur saveur en petite quantité dans une salade assaisonnée ou un plat cuisiné, utilisée comme un condiment.

Comment récolter la chicorée amère ?

Ce sont les jeunes feuilles de la rosette produites avant la floraison qui sont intéressantes, elles peuvent être récoltées d’octobre à février. Ce qui pose le problème de la détermination de l’urosperme de Daléchamps qui est plus compliquée lorsqu’elle est à cette phase de croissance, sauf à connaitre parfaitement la plante. elle peut être confondue avec un pissenlit (comestible également)

C’est pourquoi il peut être intéressant de cultiver l’urosperme de Daléchamps dans un coin de jardin à partir de graines. La chicorée amère demande une exposition ensoleillée et chaude. Elle croît en sol drainant, à tendance basique. Elle peut se plaire en rocaille, sur un talus exposé au sud, dans un coin du potager particulièrement chaud ou en pot large et profond.

En dehors des régions méditerranéennes, il faudra surtout prendre soin à lui offrir un drainage important et suffisamment de chaleur : rocaille pierreuse ensoleillée l’hiver, mur réfléchissant, cuvette qui accumule la chaleur, protection des vents glacés…


Fleur de chicorée amère


Graines de chicorée amère

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.